Présentation

Pourquoi un Guide "RSE" pour les structures d'accueil du tourisme ?

Il est urgent d’agir 

Nombre de scientifiques le démontrent : la planète est  sous pression, l’homme détruit les espèces vivantes et  son propre environnement au point de mettre en danger  les générations futures. La pollution, le changement climatique,  la perte de diversité biologique sont de réels problèmes  aujourd’hui. Le tourisme est concerné à double  titre aussi bien en tant que contributeur que comme victime.  Ces problèmes environnementaux affectent la qualité et l’attractivité des destinations touristiques.  Sur le plan humain, le constat est sans appel : les inégalités  entre les hommes sont criantes à l’échelle de la planète  et au sein même des pays développés. Le développement  n’est pas équitable. Dans les entreprises, les conditions de  travail, l’accessibilité, l’accès à la formation, les discriminations,  les conditions de logement induites par la saisonnalité  des emplois, etc. génèrent des inégalités.

Maîtriser mes coûts d’exploitation

Des coûts énergétiques élevés car l’hiver est froid en montagne ? Des volumes de déchets problématiques à stocker en centre ville où l’espace est rare ? Des actions  simples permettront de réduire rapidement certains coûts  d’exploitation, en fonction des conditions spécifiques de l’établissement, tout en ayant une gestion plus respectueuse  de l’environnement. Des économies pourront être  réalisées sur des postes importants tels la consommation  d’énergie et d’eau ou les achats. En évitant les gaspillages,  l’entreprise limite aussi des dépenses inutiles.  Assurer la qualité de vie, au travail comme en vacances  Un environnement sain et agréable, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des bâtiments contribue d’abord aux bonnes  conditions de travail du personnel. Cela concourt également  au plaisir et au confort des clients. La démarche  de responsabilité sociale et environnementale permettra  d’offrir une meilleure qualité de vie aux touristes et à ceux  qui travaillent dans la structure.

Motiver et fidéliser mes équipes

S’inscrire dans le développement durable représente un  nouveau projet fédérateur. Les thèmes du développement  durable sont porteurs. Les équipes apprécient que leur  entreprise s’engage dans une démarche citoyenne. Un  tel projet d’entreprise renforce l’esprit d’équipe et l’on sait  aussi que le désir de rester dans une entreprise qui se  préoccupe d’enjeux environnementaux et sociaux est plus grand (facteur de fidélisation).

Satisfaire mes clients

L’engagement de l’établissement dans un développement  plus durable est aussi un argument de plus en plus déterminant  pour attirer la clientèle, la satisfaire et la fidéliser. Les clients sont de plus en plus sensibles à ce  critère dans l’organisation de leurs vacances. La gestion environnementale et les pratiques sociales ne sont plus  des « petits plus », mais des éléments aussi incontournables  que la qualité de service.

Assurer la sécurité juridique de l’entreprise

La législation environnementale est d’ores et déjà étoffée et concerne très directement les activités touristiques.  Certaines non-conformités, concernant par exemple  l’assainissement des eaux usées ou l’accessibilité à tous  publics, peuvent mettre en danger l’établissement si des  sanctions étaient prises et des investissements importants  devaient être réalisés dans l’urgence. Par ailleurs,  face aux enjeux environnementaux actuels tels que les  menaces du changement climatique, l’épuisement des  réserves de pétrole, la demande croissante de garanties  de sécurité, la perte alarmante de biodiversité, etc., la  réglementation devrait s’élargir et se renforcer sur les  questions environnementales (maîtrise énergétique, réduction  de production des déchets, économies d’eau,  limitation de substances polluantes…). Cela pourrait impliquer  des changements de modes de gestion voire des  investissements techniques importants. Dans cette perspective,  l’anticipation est la meilleure façon de répondre  progressivement à ces nouvelles exigences légales. 

Anticiper les risques et les opportunités  en termes de produits

De nombreuses évolutions représentent un risque pour la pérennité des produits touristiques, notamment celles  du climat, du comportement des clientèles, des pratiques  de déplacement, etc. Les anticiper permet d’en tirer le  meilleur parti.  Par exemple :
  • une baisse progressive de l’enneigement à basse altitude  en montagne met en péril des hébergements basés  sur l’activité ski, mais la diversification des activités  proposées ou le repositionnement du produit sur l’accueil  des randonneurs peut permettre de diversifier les  clientèles et allonger les saisons ;
  • des perspectives de pénuries d’eau dans les zones les  plus arides sont une motivation supplémentaire pour  installer des équipements économes ;
  • des clientèles qui se rendent en train sur leur lieu de  vacances sont une opportunité pour les hébergements  des villes desservies. Mais sont aussi l’occasion pour  les hébergements isolés de proposer des modes de  déplacement alternatifs et ludiques (et donc facteur de  différentiation par l’originalité) ;
  • la combinaison de risques climatiques de plus en plus  fréquents (orages violents, inondations, canicule…) et  d’une demande croissante de sécurité de la part des  clientèles impose une réflexion en amont sur l’implantation  et la construction des nouveaux bâtiments.

Faire progresser mon entreprise pour sa pérennité

Un des enjeux majeurs du développement durable est  certainement la notion de progression et le besoin de  changement et d’amélioration. La responsabilité sociale  et environnementale constitue un réel système de management,  avec des outils d’évaluation permettant de mesurer  les forces et les faiblesses, les progrès accomplis et  les résultats obtenus.  Si de nombreuses actions et écogestes, détaillés tout au  long de ce guide, induisent rapidement des économies,  d’autres résultats de ce management apparaîtront à  moyen ou long terme. Cette approche globale (économique,  sociale et environnementale) peut être fractionnée,  offrant ainsi des degrés d’implication divers, et donc  des coûts et des niveaux de difficultés variés.